Le CLEMI

Accueil  >  Le Clemi  >  Concours  >  Reportage ARTE-CLEMI  >  Lauréats Édition 2014

Lauréats Édition 2014

Imprimer la page

Lauréats Édition 2014

Bravo aux équipes collégiennes et lycéennes qui ont participé à cette 10ème édition du Concours sur le thème : Les français pollués aux pesticides.
Plus de 120 collèges et lycées de France métropolitaine mais aussi d’outremer et de l’étranger nous ont fait parvenir 124 reportages dont le jury a vivement apprécié la qualité d’ensemble. 

Les lauréats en finale à Strasbourg le 21 mai 2014

La finale s’est joyeusement déroulée à Strasbourg le 21 mai où les trois équipes finalistes étaient invitées à passer la journée dans les locaux d’ARTE, avant de découvrir le palmarès.

Le palmarès !

Pas moins de deux jurys successifs pour attribuer les prix du concours Arte Reportage !

Le premier composé de formateurs du CLEMI provenant de différentes académies et présidé par la journaliste Hérade Feist, responsable du bureau d’Arte Journal à Paris, s’est réuni le mercredi 9 avril dans les locaux du CLEMI pour désigner les trois équipes finalistes.
Le second composé des journalistes Hérade Feist et Patrick Schulze-Heil et présidé par Marco Nassivera directeur de l’info d’Arte GEIE, a décerné les premier, deuxième et troisième prix aux équipes finalistes invitées le 21 mai 2014 dans les locaux strasbourgeois de la chaine. 

Premier Prix : Lycée Louis Armand de Chambéry (73) "Santé et pesticides : un mariage dangereux"

Deuxième Prix : Lycée Bossuet de Condom (32) " Les pesticides, un danger pour tous"

Troisième Prix : L.E.G.T.A Hector Serres  d’Oeyreluy (40) "Du conventionnel au raisonné, la révolution verte est semée !"

Une mention Coup de coeur, pour la qualité de son commentaire, a été attribué le 9 avril au reportage "La fin des pesticides ?" proposé par le Lycée Jules Michelet de Montauban (82).

 

Lycée Louis Armand Chambéry (73)

Santé et pesticides : un mariage dangereux

Durée : 2’53

Montage réalisé par : Coralie Ballieu, Ianis Mangin, Florian Bisset, Antoine Fenandez (Voix off français et allemand).

Extrait de la note d’intention de l’équipe lycéenne : "Nous avons centré notre reportage sur le témoignage de Paul François, céréalier empoisonné par des pesticides.
En tant que jeunes lycéens, cela nous a particulièrement indignés d’apprendre que l’on continue à utiliser des produits dont nous ne connaissons pas les dangers. Cependant le but de notre reportage n’était pas de prendre explicitement parti contre l’un ou l’autre : nous avons voulu rester le plus neutre possible. Pour mener à bien ce projet nous avons tenté de laisser la parole aux trois intervenants, en essayant au maximum de synthétiser leurs propos.
L’interview de Paul François faisant plus d’une demi-heure, il a fallu faire d’énormes choix en ce qui concerne son temps de parole dans le reportage. Notre choix s’est précisé lorsque nous avons voulu parler de Monsanto. Il nous a paru important de pointer le courage de cet agriculteur du Limousin qui ose s’attaquer à une firme multinationale si puissante.
Faire ce reportage, c’est permettre à des agriculteurs comme Paul François de s’exprimer, et dénoncer des sociétés comme Monsanto. Ainsi, informer le monde de la révolte des médecins du Limousin, et des pesticides que l’on utilise pour fabriquer les produits français."

Lycée d’Enseignement Général et Technologique Agricole H. Serres Oeyreluy (40)

Du conventionnel au raisonné, la révolution verte est semée !

Durée : 2’59"

Montage réalisé par : Bertrand Aupetit, Mathieu Durou, Corentin Balaud

Extrait de la note d’intention de l’équipe lycéenne :
"En tant que futurs agriculteurs ou techniciens agricoles, la question des pesticides nous a paru très importante et problématique.
Nous avons voulu tisser une argumentation logique, en présentant d’abord, l’appel des médecins du Limousin, puis la situation agricole française, le rôle de l’État et enfin des alternatives agronomiques pour réduire ou ne plus utiliser ces produits phytosanitaires. Le but de ce reportage est de clarifier la situation sur les pesticides mais pas de juger le ou les coupables. La situation française sur les pesticides est en plein bouleversement : les formations agricoles enseignent une attitude raisonnée aux futurs exploitants ; de nombreuses formations font évoluer les mentalités et de nombreuses coopératives accompagnent les agriculteurs dans cette révolution verte.  La situation des pesticides en France est sur la bonne voie."

Lycée Bossuet Condom (32)

Les pesticides,  un danger pour tous

Durée : 3’

Montage réalisé par : Geoffrey Riera, Nina Fonteyne (voix off)

Extrait de la note d’intention de l’équipe lycéenne :
"Dans ce reportage, nous avons voulu dénoncer les abus de l’utilisation des pesticides ces dernières années.
Les conséquences sont terribles pour l’homme mais aussi pour notre environnement.
Nous avons aussi voulu montrer du doigt le manque de volonté politique à l’égard des paysans (souvent les premières victimes) et à l’égard aussi des consommateurs."

Mention Coup de cœur : Lycée Jules Michelet Montauban (82)

La fin des pesticides ?

Durée : 2’45"

Montage réalisé par : Marine Lion, Théo Lemouzy, Raphaël Djenna, Pacôme Bécot (voix-off)

Extrait de la note d’intention de l’équipe lycéenne :
"Notre projet est un court reportage sur la question des pesticides dans l’agriculture intensive, d’une durée de deux minutes. Dans un premier temps, nous avons introduit le sujet et posé la problématique suivante : faut-il poursuivre l’utilisation massive de pesticide et ainsi préserver un bon rendement ou revaloriser l’image de l’agriculture biologique ? Nous avons donc confronté plusieurs points de vue, différents arguments économiques, sanitaires et environnementaux, grâce aux interventions de trois personnes concernées par le sujet : Paul François (agriculteur), Pierre Michel Perinaud (médecin toxicologue) et Jean-Paul Denanot (président de la région Limousin). Sur le modèle du documentaire de Christian Rouaud "Tous au Larzac", nous avons utilisé le procédé de l’overlapping qui consiste à faire commencer une phrase dans un plan A, par un personnage, pour la finir dans un plan B, par un autre en créant ainsi un effet de dynamisme et de continuité. Nous avons créé forme cyclique car nous commençons par un plan fixe sur un champ de colza et nous finissions par un mouvement vertical de la caméra sur le même champ de manière à indiquer que la question reste toujours en suspens."