Le CLEMI

Carte du réseau des coordonnatrices et coordonnateurs du CLEMI

Accueil  >  Le Clemi  >  Ressources pour la classe  >  Décryptage  >  L’écologie en questions 2

L’écologie en questions 2

Imprimer la page

L’évaluation des risques

Dans les journaux télévisés et les magazines d’information, la télévision documente largement les désastres écologiques. Elle en dégage les causes, donne la parole aux scientifiques, rend compte d’études prospectives pour évaluer les risques, ébauche des scénarios catastrophes qui s’appuient sur l’observation du dérèglement climatique. Comment ces récits journalistiques sont-ils conduits ? Quels types de canevas fictionnels les inspirent ?

• Scénarios catastrophes

Identifier les causes, imaginer les conséquences prévisibles : cette démarche est désormais familière au grand public quand le petit écran aborde les problèmes d’environnement. Ce qu’il fait de plus en plus souvent : au fil des années, le dossier écologique s’est hissé au palmarès des rubriques d’actualité les plus régulièrement traitées.

 

Observer

Le traitement des sujets écologiques reflète souvent une préoccupation pédagogique. C’est ce que l’on constate dans ce reportage qui date de 1987. Il a recours, dans une première partie, à des images explicatives, infographiques et scientifiques (captures d’écrans d’appareils de mesure) et, dans une seconde partie, à des images d’archives à valeur illustrative servant de support à un commentaire à tonalité didactique. Le commentaire structure le sujet. Pour lier des séquences d’images sans véritable rapport entre elles, on a inséré une musique qui apporte liant et fluidité au récit journalistique. On peut mesurer l’évolution de style entre le premier et le second extrait, plus récent. Une construction plus sophistiquée, un rythme plus soutenu parviennent à gommer le ton, lui aussi didactique, qui le caractérise. Une attention particulière est portée à la structuration du sujet. Une série de mini-séquences unifiées par une thématique propre (ciel, mer, montagne, nature) marquent la cadence ; chacune d’entre elles est constituée de deux ou trois plans, souvent dynamiques, parfois raccordés dans l’axe. Pour le besoin de la démonstration, ces courtes séquences s’ouvrent sur des images infographiques qui rythment le récit. Les deux entretiens en situation et la musique, introduite dans un but de dramatisation, assurent une fonction identique.

 

• Le dérèglement à l’œuvre

Ces images de catastrophe qui nous viennent du bout du monde, nous les connaissons tous. Elles attestent d’un dérèglement climatique à l’œuvre. La télévision pointe le phénomène quand elle donne à voir l’ampleur des dégâts et recueille le témoignage des victimes. Ces images émouvantes en font jaillir d’autres, présentes dans notre mémoire : images de la violence des éléments au moment du cataclysme mais aussi images d’un monde radieux avant le « déluge ».

 

Observer

Premier extrait. Après un premier plan idyllique, celui d’un paradis perdu, le sujet inventorie les dégâts dans un monde dévasté. Ces images fortes en convoquent d’autres qui appartiennent à la mémoire de chacun, celles de l’instant T du désastre. Inscrites en creux dans le reportage, dans une sorte de hors champ, ce sont des séquences, souvent d’amateurs, que chacun a vues à la télévision en apprenant ce vocable alors inconnu : tsunami.

Dans le second extrait, la figure de l’introduction est aussi la rupture : on part d’images de nature séduisantes ; puis, pour tromper notre attente, on enchaîne sur des visions de cataclysme. Cataclysme dont les scientifiques (seconde partie du sujet) s’efforcent de comprendre les causes. Cette lecture du reportage en cache une autre : la construction du sujet s’apparente à l’écriture d’un épisode de série policière à suspense. Première partie : El Niño (personnifié dans le reportage) serait un serial killer perpétuant ses crimes aux quatre coins de la planète. Preuves données à l’appui. Deuxième partie : « la traque » (sic) s’organise pour comprendre son comportement et prévoir ses méfaits. Pour cela, la police scientifique met en œuvre de gros moyens. Troisième partie : malgré les indices recueillis, l’identité du coupable demeure un mystère, ce qui encourage les enquêteurs à ne pas négliger d’autres pistes.

Lire la suite : Contre-attaques