Le CLEMI

Carte du réseau des coordonnatrices et coordonnateurs du CLEMI

Accueil  >  Le Clemi  >  Ressources pour la classe  >  Dossiers thématiques  >  Aylan : Le traitement médiatique d’une photo iconique, novembre 2015

Aylan : Le traitement médiatique d’une photo iconique, novembre 2015

Imprimer la page

Aylan : le traitement médiatique d’une photo iconique

Le Clemi propose aux enseignants de la maternelle au lycée de revenir sur ce qui a fait « événement » dans la situation tragique de cet enfant syrien : le drame de sa mort en premier lieu mais aussi l’appel à l’indignation collective face aux conditions de vie des populations de pays en guerre qui poussent les familles à l’exil, la question humanitaire de grande ampleur que constituent les migrations de populations soumises aux violences des armes et des régimes totalitaires, le traitement médiatique hors norme assigné à la photographie par tous les médias du globe dans un temps exceptionnellement court. Ce dernier point fait l’objet du dossier réalisé par le Clemi.

Aylan, de la tragédie au traitement médiatique (avant-propos)

Une image peut-elle changer le monde ? Ou comment la médiatisation par l’image peut-elle influencer l’opinion publique ? Au-delà du tragique, de la révolte face à la mort d’un enfant, de la force de la représentation du corps inerte d’un petit garçon échoué sur une plage de Turquie (photographie), la question de l’influence de la médiatisation d’un fait – ici la mort de l’enfant - sur les populations – ici les populations européennes - interroge le phénomène informationnel dans son ensemble ( circuit de l’information, mise en scène, viralité de l’information via les réseaux sociaux numériques, information et déformation, information et transformation, vitesse, propagation, viralité et restitution de l’information).
A tous ces éléments constitutifs d’un événement médiatique exceptionnel vient se greffer une dimension symbolique d’une rare intensité, photographie très rapidement devenue iconique, presqu’en temps réel, dont la portée universelle est incontestable.
Par ailleurs les enjeux se déportent sur d’autres questions telles que : dilemmes éthiques -entre la nécessité du photographe à vivre de son travail et la volonté de porter témoignage-, conflit de valeurs entre la déontologie journalistique et l’éthique personnelle …  En un mot, la photo mais à quel prix ?
Avec les réseaux sociaux numériques, la circulation de l’information change d’échelle et se modifie à grande vitesse pour influer sur le contenu : ainsi, l’enfant mort, Aylan, est installé dans un lit par le truchement d’un photo-montage d’un internaute, image troublante d’une réinterprétation du réel, une sublimation de la mort en quelque sorte, un geste visuel qui dit l’indignation des hommes face à l’horreur et l’indicible.
Même s’il est remarquable que la tendance lourde de l’information  aujourd’hui peut se résumer à « l’ information qui chasse l’autre » tant le pic d’intensité médiatique est fort et tant la focalisation des médias est resserrée et  produit un effet de loupe – pour ensuite passer à autre chose-, il n’en demeure pas moins que la photographie représentant l’enfant Aylan mort semble appartenir au corpus des images médiatiques iconiques qui jalonnent plusieurs décennies d’histoire du journalisme.


L’éducation aux médias et à l’information a une fonction de décryptage de l’information, de mise à distance de l’information, de prise de conscience aussi face aux événements. C’est un outil de compréhension, de lecture de la construction sociale, politique et culturelle qu’est une photographie médiatisée. Dans le cas de celle prise par la photographe de presse Nilufer Demir de l’enfant Aylan, l’emballement médiatique indéniable interroge les temporalités de l’information, le flux et le flot de l’information, les effets éventuels de pause, l’accélération de l’info également si cette expression a un sens.


Les pistes de réflexion à creuser sont nombreuses : choix éditorial, responsabilité professionnelle mais aussi  statut de l’information (en l’occurrence de l’image et de sa diffusion), les droits à la diffusion des grandes agences de presse… Le rôle accru des destinataires ou récepteurs de l’information est à considérer : nombre d’entre eux, deviennent des relais et des producteurs d’information via les pratiques numériques.

Le dossier en EMI « Aylan : le traitement médiatique d’une photo iconique,  le dossier du Clemi pour comprendre » propose plusieurs étapes qui seront abondées dans le temps :

 

  • l’avant-propos
  • une approche  chronologique fine de l’événement médiatique
  • des pistes pédagogiques
  • des contenus associés pour approfondir

 

L’ensemble permet d’accompagner la communauté éducative dans le souci d’une compréhension précise des enjeux d’éducation aux médias et à l’information qui traversent tous les acteurs de l’école au contact de l’actualité, parfois brûlante.

L’équipe du Clemi vous souhaite une lecture avisée, des projets pertinents menés en classes et en établissements, pour assurer une construction éducative et pédagogique citoyenne de toutes et tous.

Le dossier

Retrouvez l’ensemble des ressources dans cette page Piktochart. Pour faire apparaître la chronologie, cliquer sur l’image de l’horloge ci-dessous.

Publier la photo du petit Aylan (par l’Observatoire de la déontologie de l’information)

L’Observatoire de la déontologie de l’information (ODI) a recensé les éditoriaux publiés par les médias expliquant leur décision de publier ou de ne pas publier la photographie d’Aylan Kurdi en septembre 2015. L’analyse des arguments avancés par les uns et les autres peut être riche d’enseignements.

Pour retrouver les liens repérés par l’ODI, cliquer ici.